PME : pallier les déséquilibres en matière de développement durable

Livre blanc dédié aux PME sur le développement durable

PME : pallier les déséquilibres en matière de développement durable

De nombreuses entreprises bénéficient d’une approche plus axée sur le développement durable en ce qui concerne l’impression. Mais pourquoi les PME passent-elles à côté ?

Points clés

Même si les PME constituent le pilier central de la plupart des économies, elles ont fait preuve d’une certaine lenteur à adopter des mesures en faveur de l’environnement.  En intégrant le développement durable dans leurs pratiques professionnelles, les PME peuvent réduire l’impact environnemental de leurs activités dans un objectif commercial et financier ainsi qu’au nom d’une responsabilité sociale d'entreprise accrue.

Les entreprises qui se tournent vers des stratégies d’impression basées sur le développement durable ont une bonne connaissance et ainsi un meilleur contrôle des ressources coûteuses (énergie, papier, consommables), ce qui permet de réduire le gaspillage et les coûts, d’améliorer l’efficacité et d’encourager des pratiques d’impression plus sûres et conformes.

Avec la stratégie parfaite, des outils adaptés ainsi qu’un support adéquat, les PME peuvent relever aisément et avec succès le défi du développement durable, à l’instar de nombreuses grandes organisations.

Le programme en matière de développement durable

Dans les secteurs privés et publics, la hausse des prix de l’énergie, l’augmentation des pressions réglementaires et l’accroissement de la prise de conscience en termes d’environnement par les parties prenantes contribuent au fait que le développement durable est davantage pris en compte dans le cadre des entreprises en Europe.

Les législateurs exigent des rapports sur les émissions de carbone et l’efficacité énergétique dans le cadre de la loi sur les changements climatiques, du plan d’efficacité énergétique de la loi Carbone ainsi que de la directive européenne sur l’efficacité énergétique. Le bilan carbone est obligatoire pour les entreprises répertoriées au Royaume-Uni depuis 2013 en parallèle au programme ESOS (programme d’identification des opportunités d’économies d’énergie) depuis décembre 2015. En outre, le Grenelle II de l’environnement (2012) exige que les entreprises françaises établissent des rapports sur leurs performances sociales et environnementales.

Dans le but de réaliser des économies d’énergie et de réduire leur impact environnemental, les entreprises portent davantage attention à leur infrastructure informatique. D’après la Commission européenne, la prise en compte des équipements informatiques pourrait permettre de réduire les émissions de carbone de 15 % d’ici 2020, essentiellement grâce à une meilleure surveillance et à la gestion de l’utilisation de l’énergie.

Les PME constituent un élément essentiel de la plupart des économies, et font souvent partie intégrante de la chaîne d’approvisionnement des grandes entreprises. Nombre d’entre elles évoluent dans la sphère internationale. Tandis que les grandes entreprises se tournent vers le développement durable et y trouvent un bénéfice, les PME restent souvent loin derrière. Une étude de Quocirca révèle qu’un tiers des PME considèrent les questions environnementales importantes, contre 74 % des grandes entreprises (Figure 1). Par rapport à leurs homologues de grande taille, de nombreuses PME se battent pour envisager le développement durable autrement que comme des coûts additionnels. Alors que 50 % des grandes entreprises considèrent le développement durable comme un investissement qui en vaut la peine (même si le coût initial est élevé), à peine 18 % des PME font ce même constat (Figure 2).

Le manque de temps, de finances et de savoir-faire en matière de développement durable empêche les PME de déployer des initiatives en faveur de l’environnement. Seulement 9 % des PME ont une ressource dédiée au développement durable contre 57 % dans les grandes entreprises (Figure 3). Par conséquent, les PME risquent de ne pas comprendre les avantages des mesures environnementales. Sans se soucier des avantages tangibles et financiers du développement durable sur leurs activités, pensant que cela pourrait avoir une incidence essentiellement sur leur réputation et leur image, les PME auraient tout à gagner d’une aide externe leur démontrant de quelle façon le développement durable pourrait leur permettre d’atteindre leurs objectifs stratégiques.

Les efforts en faveur du développement durable doivent aller au-delà du recyclage

Actuellement, les initiatives des PME en matière d’environnement se limitent principalement à d’anciennes activités dites « vertes », telles que le recyclage du papier et le remplacement des ampoules classiques. Et pourtant, malgré le coût considérable de l’énergie, peu d’entre elles prennent des mesures plus larges afin d’améliorer la consommation énergétique globale de leur activité. Tandis que 77 % des grandes entreprises essaient d’améliorer l’efficacité énergétique sur le lieu de travail, seulement 42 % des PME le font (Figure 4). Même si l’équipement informatique est une source clé de la consommation énergétique, seuls 8 % des PME signalent l’utilisation d’appareils informatiques peu énergivores.

Les PME devraient être soucieuses d’adopter un comportement plus éco-énergétique en raison des avantages évidents de réduction des coûts liés à leur activité. Toutefois, pour prendre des mesures en matière d’efficacité énergétique, les bénéfices à en retirer doivent être rapides et les coûts initiaux peu élevés. L’impact doit être immédiat avec des bénéfices commerciaux évidents et un faible risque par rapport à leur investissement.

Pourquoi les PME ne franchissent-elles pas le pas ? Nombre d’entre elles peuvent être désorientées quant à la manière d’introduire des mesures en faveur du développement durable au sein de leurs activités quotidiennes. Leur priorité se porte sur des exigences journalières comme la trésorerie et poursuivre leur activité à tout prix. En outre, les PME n’ont généralement pas de compétence en interne afin de développer et d’exécuter des projets propre à l’efficacité énergétique. Cette dernière est rarement considérée comme une priorité. Les ressources et les budgets limités rendent les initiatives secondaires, telles que le développement durable et l’efficacité énergétique, plus difficiles à mettre en place pour les PME.

Ainsi, il est probable que, contrairement aux grandes entreprises, les petites entreprises surveillent moins leur empreinte carbone ou consacrent moins de temps et d’efforts à privilégier l’efficacité énergétique sur le lieu de travail. Les PME peuvent également avoir un accès limité aux mesures qui pourraient être prises et peuvent donc ne pas connaître les options qui s’offrent à elles pour accroître l’efficacité ainsi que leurs coûts et leurs avantages. Plusieurs PME n’ont pas d’idée précise quant à la quantité d’énergie qu’elles utilisent ainsi qu’aux processus et aux équipements énergivores.

Étapes vers l’impression durable

Les PME peuvent réaliser rapidement des économies dans un domaine en particulier : la gestion de l’environnement d’impression. En effet, les PME dépendent de l’impression pour développer leurs principales activités. En fait, 53 % d’entre elles ont signalé que les volumes d’impression couleur avaient augmenté au cours de l’année dernière. Pourtant les PME sont loin derrière les grandes entreprises en matière de gestion efficace de leur environnement d’impression (Figure 5 de la page suivante). Non contrôlée, elle peut s’avérer une énorme source de gaspillage, à la fois sur les plans financier et environnemental, en raison d’une utilisation excessive de consommables (encre et toner, papier et énergie).

Un environnement d’impression durable crée un bureau avec moins de papier, basé sur une infrastructure d’impression optimisée. En déployant des imprimantes et des périphériques multifonctions peu énergivores et en mettant en place des pratiques d’impression sécurisées et responsables, les entreprises peuvent réduire leur consommation d’énergie, le gaspillage et éliminer les impressions inutiles. 

Les PME qui souhaitent tirer parti des avantages de l’impression durable doivent envisager la mise en place des bonnes pratiques suivantes.

Évaluez l’impact environnemental actuel. Recherchez un fournisseur de machines multifonctions qui offre des calculateurs d’empreinte carbone ou environnementale afin d’évaluer la consommation d’énergie, l’utilisation et le gaspillage du papier dans le parc d’imprimantes. Une évaluation doit se concentrer sur l’identification des domaines où une entreprise peut réduire son impact environnemental et recommander un déploiement équilibré de matériel et de logiciel afin de réduire la consommation d’énergie, de papier et de consommables.

Regroupez les appareils. L’impression durable commence par la rationalisation et le regroupement des appareils. Grâce aux mutlifonctions, il est désormais possible de regrouper plusieurs fonctions en une seule et même machine. Cela peut apporter plusieurs avantages en matière de coût, dont une réduction du nombre de machines qui permette de réduire le temps et le nombre de types de consommables et de ressources à gérer.

Produits à faible consommation d’énergie : Envisagez des produits éco-énergétiques qui répondent aux exigences de labellisation écologique, telles qu’ENERGY STAR ou Blue Angel. Les appareils qui répondent aux exigences les plus récentes du label ENERGY STAR peuvent être jusqu’à 40 % plus éco-énergétiques que les autres. Recherchez des imprimantes et des mutlifonctions avec des temps de préchauffage rapides et des modes Veille prolongée et Économie de toner.

Mode d’impression sécurisée (impression Pull) : Une des sources les plus importantes de gaspillage d’impression ? Les documents imprimés, jamais récupérés, jetés directement dans la corbeille ou tombés entre de mauvaises mains. Grâce à l’impression sécurisée, les utilisateurs sont en mesure de lancer l'impression des documents depuis n’importe quelle imprimante une fois qu’ils se sont authentifiés. Les méthodes d’authentification peuvent être un badge ou un code utilisateur.

Impression basée sur des règles : En appliquant des règles d’impression selon des types de tâche, tels que la couleur, le nombre de pages, le mode recto et recto-verso, l’impression de livrets, les entreprises peuvent rediriger les tâches d’impression vers l’imprimante la plus économique du réseau. Le fait d’appliquer des règles d’impression empêche l’abus d’utilisation des appareils avec un coût élevé par page, tels que les imprimantes couleurs et peut, par conséquent, réduire l’utilisation de consommables. Des outils de gestion d’impression avancés peuvent également garantir l'utilisation de l’appareil le plus approprié pour chaque tâche d’impression en transmettant automatiquement les grands volumes vers des imprimantes ou mutlifonctions plus économiques et peu énergivores.

Utilisez des mutlifonctions afin d’intégrer les flux de travail numérique et papier. Grâce aux mutlifonctions, les utilisateurs peuvent numériser leurs documents, puis les enregistrer et les partager au format numérique en interne ou dans le Cloud. Des flux de documents améliorés et le fait de passer du papier au support numérique peut favoriser la productivité et réduire la consommation de papier.

Encouragez les pratiques de recyclage. Réfléchissez à l’efficacité de vos approches existantes en termes de recyclage papier, cartouches d’encre et anciennes imprimantes, et définissez des directives de recyclage pour ces éléments. Recherchez des fournisseurs offrant un programme de reprise et recyclez les cartouches Toner récupérées. Pour l’équipement d’imagerie, les labels Nordic Swan et Blue Angel garantissent que ce support est bien en place. Le fait de passer au papier recyclé, ou approvisionné de façon respectueuse de l’environnement, peut également générer de formidables économies en matière d’environnement, notamment en ce qui concerne les émissions de carbone.

Mesurez et gérez. Le perfectionnement des mutlifonctions actuels permet de mesurer la consommation d’énergie, l'utilisation des consommables et l'état des périphériques. Non seulement cela permet aux fournisseurs de mutlifonctions d’établir des rapports en continu, mais cela génère également une maintenance proactive et un support visant à garantir la continuité de l’activité. Les fournisseurs de machines mutlifonctions peuvent également créer des rapports afin de fournir de la visibilité sur la quantité de papier utilisé, la consommation énergétique et l’empreinte carbone.

Puisque peu de PME ont des ressources dédiées ou du temps alloué pour la gestion des impressions, l'utilisation d'une solution de MPS (Managed Print Service) est l’approche idéale pour gagner un savoir-faire.

Enfin, une infrastructure d’impression durable améliorera non seulement les compétences environnementales d’une organisation, mais réduira également les coûts, améliorera la productivité et réduira les risques. Ces entreprises qui ont déjà pris des mesures pour mettre en œuvre une stratégie d’impression durable en récoltent déjà les fruits.

Indice de maturité de la durabilité par Quocirca 1Les leaders de l’impression durable représentaient 53 % de l’échantillon total (Figure 6). Ils surpassent systématiquement leurs pairs, non seulement en matière d’impact environnemental et de faible consommation d’énergie, mais également en matière de fiabilité des appareils, de sécurité des documents et de coûts réduits.

Conclusion

La question n’est pas de savoir si les PME doivent investir dans le développement durable, mais plutôt comment s’assurer de son intégration dans leur stratégie. Une gestion environnementale solide est essentielle afin de s’assurer que les PME répondent aux exigences réglementaires et protègent l’image de leur entreprise, favorisant ainsi la fidélité des clients et entraînant un net avantage concurrentiel. Mais cela a également des conséquences financières directes sur la réduction de l’utilisation des ressources avec des économies conséquentes et une meilleure productivité. Les PME doivent être plus proactives en matière de développement durable, sous peine de rater ces opportunités qui offrent une efficacité optimale, la conformité réglementaire et des coûts réduits. 

La plupart des initiatives en termes de développement durable ne nécessitent pas d’investissements importants, mais exigent un effort stratégique ainsi que des ressources et du temps. Les partenaires tiers joueront un rôle de plus en plus important dans les domaines tels que les systèmes de gestion environnementale ou d’accréditation et de création de rapports sur le développement durable. L’impression représentant un coût environnemental considérable, que ce soit en matière d’énergie, de papier ou d’utilisation de consommables, les PME devraient s'informer auprès d’un fournisseur de solutions d'impression. Cette approche doit être au cœur d’une stratégie plus large afin d’évaluer les coûts environnementaux de l’entreprise en général.

Comment les PME peuvent-elles pallier les déséquilibres ?

  1. Prenez des mesures supplémentaires en vue d’améliorer l’efficacité énergétique sur le lieu de travail : cela commence par mieux comprendre l’utilisation et les coûts actuels, puis rechercher des opportunités au-delà de celles qui sont généralement envisagées (éclairage à faible consommation et recyclage papier).
  2. Prenez en compte l’intégralité du cycle de vie de l’équipement informatique : peut-il être recyclé ou redéployé ? Quel est le meilleur moment pour le mettre à jour ?
  3. Observez de plus près l'efficacité énergétique des nouveaux équipements informatiques. Ajoutez-y le coût de l’énergie et des consommables lors des prises de décision d'achat.
  4. Le développement durable ne devrait pas augmenter les coûts si la priorité est donnée aux points qui génèrent des avantages financiers. Identifiez un partenaire externe en mesure d’offrir le savoir-faire et l’aide relatifs aux bonnes pratiques pour le développement durable.
  5. Notamment, dans le domaine de l’impression, recherchez une offre de solution de MPS (Managed Print Service) qui contribuera non seulement à des règles d’impression efficace répondant aux objectifs d'’efficacité d’impression et de gestion, mais qui traitera également des besoins en matière de développement durable.

Annexe

Quocirca a interviewé 500 cadres informatiques seniors du secteur IT, ayant pour responsabilité, ou étant impliqué dans l’achat de périphériques d’impression pour des PME et de grandes entreprises au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne et en Italie. L’objectif de cette étude consistait à examiner la place accordée au développement durable et son influence sur les décisions d’achat.

1Quocirca a défini un Indice de Maturité Développement Durable pour les mesures concernant l’impression. Un numéro est attribué en fonction de l’avancement de chaque entreprise quant à la mise en œuvre de chaque ensemble de mesures clés en faveur de l’impression durable. Les mesures utilisées furent les suivantes : papier recyclé utilisé pour imprimer, recyclage des consommables de l’imprimante, règles utilisées pour réduire le nombre d’impressions, règle d’impression recto-verso, remplacement des imprimantes laser par des imprimantes jet d’encre, utilisation d’imprimantes peu énergivores et utilisation de l’impression sécurisée (Pull), impression de livrets et alertes de règle d’impression. Chaque mesure est notée comme suit : 5, si la mesure est déjà en cours ; 4, si la mesure est prévue dans les 12 prochains mois ; 3, si la mesure est prévue, mais au-delà de 12 mois ; 1, s’il n’y a aucun plan ; 0, si aucun intérêt n’est manifesté. Un taux d’impression durable moyen peut ensuite être calculé pour chaque personne interrogée. Les personnes interrogées obtenant un score moyen supérieur à 4 sont considérées comme des « Leaders » en matière d’impression durable. Celles dont le score se situe entre 3 et 4 sont considérées comme des « Followers » et celles dont le score est inférieur à 3 sont qualifiés de « Retardataires ».

À propos d’Epson

Epson est une multinationale du secteur technologique qui se consacre à connecter les personnes, les choses et les informations à l’aide de ses technologies d’origine à la fois efficaces, compactes et d’une grande précision. Avec une vaste gamme de produits s’étendant des imprimantes jet d’encre et des systèmes d’impression numérique aux projecteurs LCD lunettes multimédias connectées, systèmes de détection et robots industriels, le groupe apporte des solutions innovantes et dépasse les attentes des clients en matière de technologie jet d’encre, de communications visuelles, d’objets connectés et de robotique.

Conduit par sa maison-mère Seiko Epson Corporation basée au Japon, le groupe Epson emploie près de 67 000 salariés dans son réseau mondial de 90 entités. Il est fier de sa contribution envers la vie locale sur ses sites d’implantation et de ses efforts continus pour réduire l’impact sur l’environnement.

Epson Europe B.V., établie à Amsterdam, est le siège social régional du groupe en Europe, au Moyen-Orient, en Russie et en Afrique. La société abrite les structures qui assurent le marketing pour la zone EMEA de ses produits office printing et vidéoprojecteurs, ainsi que le support technique expert pour l’ensemble des filiales européennes. Entreprise à taille humaine particulièrement éco-responsable, Epson France inscrit toutes ses activités dans le cadre de la Vision 2050 du groupe Epson, visant à réduire drastiquement ses émissions de gaz à effet de serre, à favoriser le recyclage de ses produits et à préserver la biodiversité en coopération avec les communautés locales.

http://epson.com/

À propos de Quocirca

Quocirca est une entreprise d’étude et d’analyse tournée essentiellement sur le marché européen. Quocirca fournit gratuitement un contenu d’approche marché destiné aux décideurs informatiques et à ceux qui les influencent au sein des entreprises de toute taille et organisations du secteur public. La plupart du contenu produit par Quocirca provient de sa propre étude principale. Dans le cadre de cette étude principale, Quocirca dispose des compétences linguistiques nécessaires aux entretiens téléphoniques à travers l’Europe et est également en mesure de couvrir l’Amérique du Nord et la région Asie-Pacifique. L’étude est effectuée de façon individuelle avec des personnes à des postes cibles afin de garantir que les bonnes questions sont posées aux bonnes personnes. Les résultats comparatifs sont indiqués par zone géographique, secteur, taille d’entreprise, poste et autres paramètres requis. L’étude est réalisée en partenariat avec un large spectre de fournisseurs informatiques, fournisseurs de services et distributeurs. Toutefois, l’intégralité du contenu Quocirca est rédigé selon une perspective indépendante et traite les questions relatives à l’utilisation de l’informatique dans le contexte d’une organisation, plutôt que des produits spécifiques. Par conséquent, les recommandations de Quocirca sont impartiales et purement basées sur des renseignements acquis lors de l’étude, le tout associé aux vastes connaissances et compétences analytiques des analystes de Quocirca qui se concentrent sur la « vision globale ». Quocirca est largement reconnue comme l’une des sociétés d’analyse les plus influentes en Europe. En raison des rapports étroits noués avec les médias, les articles et rapports de Quocirca touchent des millions de personnes influentes et de décideurs. Les rapports Quocirca sont disponibles via de nombreux  partenaires médiatiques.

Pour en savoir plus sur les analystes de Quocirca, cliquez ici

Pour voir une liste des clients de Quocirca, cliquez ici

Pour contacter Quocirca, veuillez cliquer ici.