Epson s’engage dans une nouvelle ère d'innovations basée sur une R&D axée sur les personnes et la planète

Epson s’engage dans une nouvelle ère d'innovations basée sur une R&D axée sur les personnes et la planète

  • Ce changement résulte de la certitude que les innovations ne doivent pas provenir d’une décision du sommet vers la base
  • En plus d'une R&D produits, l’objectif sera le développement de nouveaux matériaux et technologies qui réduisent l’impact sur l’environnement
  • Aperçu des nouvelles solutions : matériaux naturellement dérivés (non plastiques) et métaux en poudre recyclés

Six mois après avoir annoncé un investissement de 100 milliards de ¥ dans l’innovation technologique durable, Epson réitère son engagement dans de futurs investissements en R&D avec le développement de nouveaux matériaux et technologies afin de réduire l’impact sur l’environnement.

Pour y parvenir et promouvoir la compétitivité mondiale, Epson réinvente ses principales méthodes de création d'idées et leur concrétisation, basées sur des innovations et des fonds de capital-risque.

En interne

Epson évolue vers un environnement de travail plus ouvert, et privilégie une approche procédant de la base vers le sommet, pour encourager et donner les moyens à ses équipes afin qu’elles identifient et partagent de nouvelles opportunités plus rapidement.

 

Guidés par un principe fort selon lequel toutes les innovations doivent être ancrées dans la résolution des problèmes de notre société - de la réduction des ressources à la réduction du gaspillage - les employés seront soutenus pour partager et collaborer à de nouvelles idées, en mettant résolument l'accent sur des solutions durables.

Les changements incluent également la consultation des employés sur l’environnement de travail et les modes de gestion, afin de garantir une culture ouverte.  

En externe

Epson s’est engagée à ne pas poursuivre une croissance excessive du chiffre d’affaires afin de se consacrer à la production de bénéfices équitables et au soutien d'une société durable par le biais de partenariats ouverts et de coopérations tirant parti de ses technologies, produits et services exclusifs.

Epson va également tirer parti d’Epson X, son fonds de capital-risque dédié à l'innovation et créé en 2020, pour accélérer la collaboration et l’innovation ouverte, avec un investissement initial de 5 milliards de ¥ (72 millions de dollars) pour l’investissement en capital-risque.

« Pour que l’innovation soit véritablement transformatrice, il faut un changement culturel et une collaboration. Ces initiatives visent à faire entendre toutes les voix et toutes les idées. Nous avons un rôle à jouer dans les actions pour la société et l’environnement », déclare Yoshiro Nagafusa, Président européen d’Epson.

« Nous considérons l’innovation ouverte comme un élément moteur de notre futur : une collaboration accrue, des partenariats et des connaissances partagées permettent le développement et l’innovation pour le meilleur. Ce constat s’applique que nous travaillions au sein de notre entreprise ou en dehors pour collaborer avec d’autres personnes afin de résoudre des problèmes complexes.

« Même si cela fait fort longtemps que nous nous efforçons de maintenir une culture d’entreprise saine et ouverte, il est important pour nous de continuer à évoluer. » 

Parallèlement à cet engagement, Epson présente en avant-première les progrès qu'elle a déjà réalisés avec des innovations et des matériaux biodégradables et recyclables révolutionnaires, notamment des plastiques à base de biomasse et des métaux en poudre recyclés.

Plastiques de biomasse

En démontrant de façon pratique les avantages de l’innovation ouverte, Epson a contribué au développement d’une nouvelle forme de bioplastique (plastiques issus de sources biologiques) dans le cadre d’un consortium collaboratif d’organisations 1. La « Pararésine » est un nouveau plastique composé de biomasse très prometteur qui utilise du paramylon, polysaccharide de l'algue Euglena. Le consortium a pour objectif de produire environ 200 000 tonnes de plastiques dérivés de la biomasse et biodégradables dans la mer, d’ici à 2030 comme alternative viable aux plastiques conventionnels.

 

 

1Le Pararesin Japan Consortium comprend : Euglena Co., Ltd. (société de gestion représentative) ; Epson (recherche d'avant-garde sur le processus de saccharification de matériaux tels que les déchets de papier) ; NEC (à la pointe de la normalisation et de l’utilisation profitable de la pararésine) ; Université de Tokyo, Professeur Iwata (Conseiller spécial - qui fournit des conseils relatifs aux activités du consortium et coordonne les conseillers).

« Le faible taux d’utilisation efficace des déchets plastiques et la pollution environnementale causée par les plastiques, notamment en mer, sont devenus des problèmes mondiaux majeurs », poursuit Yoshiro Nagafusa.

 

« Nous sommes convaincus qu'il faut offrir des solutions qui profiteront à la fois aux personnes et à la planète, en remplaçant les résines à base de carburant fossile et en réduisant les émissions de dioxyde de carbone et l’impact sur l’environnement. »

Métaux en poudre

Epson travaille, par le biais de sa filiale, Epson Atmix, à la construction d’une infrastructure de fabrication circulaire en créant des produits de moulage 3D à l’aide de poudres métalliques raffinées à partir de déchets de métaux qui peuvent être utilisés pour créer des composants, notamment des pièces automobiles et électriques.

« Nous sommes très fiers de ces développements et de la stratégie de R&D d’Epson, fortement engagée à développer des technologies innovantes qui aident à résoudre les problèmes de notre société. »