Le zoo Hodonín choisit l’EB-1955

Projection de film unique pour les chimpanzés

Le zoo Hodonín choisit l’EB-1955

Le zoo Hodonín s’est équipé de projecteurs afin que les chimpanzés puissent retrouver leurs comportements naturels, que la vie en captivité leur a fait perdre. Il espère que ce projet va apporter un nouveau souffle à l’enclos des chimpanzés.

Sherley va-t-il enfin devenir papa ?

De nombreux visiteurs du zoo Hodonín posent cette même question en s’arrêtant devant l’enclos des primates. C’est là que vit Sherley, un chimpanzé mâle, et deux femelles originaires du zoo Liberec. Celles-ci sont arrivées en 2009 ; Sherley avait alors neuf ans.

Les animaux vivant en captivité ont néanmoins tendance à perdre leurs instincts naturels, ce qui, dans le cas de Sherley, signifie qu’il ne s’intéresse pas vraiment aux autres membres de son groupe.

Le zoo Hodonín a donc décidé d’aider ces singes à retrouver leur comportement naturel en lançant un projet unique. En collaboration avec ses partenaires sur ce projet, il a installé des vidéoprojecteurs montrant de véritables extraits de vidéos de singes vivant à l’état sauvage.

Ces vidéos, projetées en moyenne quatre heures par jour, visent à aider les chimpanzés à retrouver les habitudes qu’ils ont perdues à force de vivre en captivité.

« Nous avons été inspirés par une étude dans laquelle des scientifiques analysaient les réactions de gorilles à des images projetées d’autres gorilles », a expliqué Martin Krug, le directeur du zoo à l’origine de cette idée, totalement inédite en Europe.

« Dans certains cas, le résultat fut foudroyant. Le projet que nous mettons actuellement en place au zoo consiste à montrer des vidéos à nos chimpanzés. Nous espérons que ceux-ci vont tenter d’imiter le comportement des animaux qu’ils voient à l’écran et que cela va les aider à affirmer leurs rôles au sein du groupe.

En collaboration avec l’université de Komensky à Bratislava, nous allons ensuite utiliser les résultats de nos observations des réactions des animaux pour des recherches.

Je suis ravi que nous ayons réussi à trouver en Epson et BajtServis des partenaires adaptés pour ce projet, et j’espère qu’avec leur aide, ce zoo accueillera bientôt de nouveaux bébés chimpanzés. »


 

Un réservoir génétique au zoo Hodonín

Malheureusement, le nombre de chimpanzés communs a fortement baissé ces dernières années. Cette espèce vit à l’écart des autres sous-espèces dans la forêt tropicale au sud du fleuve Congo, à l’extrême ouest de l’Afrique. Sa population a décliné à mesure qu’elle a perdu son habitat naturel.

Le nombre total de chimpanzés communs est estimé à seulement 10 000 individus. Si l’espèce était soudain frappée par une quelconque épidémie, elle pourrait s’éteindre en quelques semaines.

Les zoos du monde entier tentent de trouver des solutions pour préserver la reproduction de cette sous-espèce. Si un nombre suffisant de chimpanzés communs génétiquement purs se reproduisaient en captivité, cela pourrait créer un réservoir génétique permettant par la suite de relâcher les singes dans la nature.

Le zoo Hodonín est l’un des deux zoos en République tchèque en mesure de reproduire cette lignée pure de chimpanzés communs de Haute-Guinée. Sherley appartient à cette sous-espèce spécifique. Il est donc un candidat idéal pour assurer sa descendance mais, malgré son âge, il ne semble pas s’intéresser à la paternité.

« Sherley s’intéresse plus aux problèmes que pose l’ouverture d’une bouteille ou le déterrage de friandises de la termitière artificielle qu’aux femelles », commente le directeur du zoo. Il pense que Sherley agirait différemment s’il pouvait interagir avec d’autres chimpanzés mâles et les prendre pour modèle, mais cela est pratiquement impossible du fait de la façon dont les zoos fonctionnent.

C’est la qu’intervient la technologie d’Epson, qui vise à imiter, du moins partiellement, la vie d’un groupe de chimpanzés sauvages, pour les pensionnaires du zoo Hodonín.

« C’est la première fois que nous lançons un projet dans lequel notre technologie peut contribuer intelligemment à préserver une espèce animale », déclare Pavel Dvo ™á ek, responsable des comptes professionnels chez Epson.

« L’installation de nos projecteurs dans l’enclos des chimpanzés est révolutionnaire, non seulement car cela nous permet d’étudier les animaux, mais également du point de vue de l’utilisation pouvant être faite de nos produits. »

« La qualité de l’image était un facteur primordial lors de la sélection du projecteur idéal », explique Aleš Zezula, propriétaire de la société BajtServis, qui a installé l’équipement au zoo. « Les chimpanzés doivent avoir l’impression que les images projetées sont réelles. Nous souhaitions également que les personnes venant voir l’enclos des primates puissent profiter de la projection des vidéos. La seule solution était donc une projection par transparence. »

« Parmi tous les modèles que nous avons vus, les projecteurs d’Epson répondaient le mieux à nos exigences. Leur technologie 3LCD permet en effet d’obtenir des couleurs éclatantes et naturelles. En outre, le modèle que nous avons choisi, l’EB-1955, est suffisamment puissant pour fonctionner même en plein jour », ajoute Aleš Zezula.

Le voyage de Sherley, de la jungle au zoo Hodonín, en passant par un cirque

Plus jeune, Sherley était l’animal domestique de son cirque et agissait comme un véritable humain. Malheureusement, il a ainsi complètement oublié le comportement d’un chimpanzé mâle. Ses soigneurs lui ont même appris un jeu consistant à pointer ses yeux, ses oreilles et son nez.

Lorsqu’il eut neuf ans, le zoo Hodonín est devenu sa nouvelle demeure. Les gardiens se souviennent encore de son arrivée. Il se pavanait en t-shirt et pantalon, en donnant la main à la personne qui l’accompagnait.

Mais il est adulte aujourd’hui, et sa force pourrait être dangereuse pour son entourage. Sherley a vécu à l’état sauvage il y a longtemps, jusqu’à ce qu’il soit capturé par des chasseurs et échangé contre une forte récompense. Mais son histoire peut maintenant avoir une fin heureuse.

Ses gênes pourraient permettre de donner naissance à des bébés chimpanzés, qui seraient ensuite remis en liberté et permettraient ainsi de préserver cette magnifique espèce.